Une entreprise, c’est un peu comme un gâteau nous disent « Les Echos » dans une video*.  

Et en effet, l’explication est limpide lorsque le journaliste nous parle de parts de gâteau, d’actions en bourse et d’entreprises cotées.  Mais cette métaphore nous inspire aussi quelques réflexions … Car acheter une part de gâteau  (quelques miettes en l’occurrence…) et la revendre sans jamais y goûter, il y a comme une frustration, pour nous qui rêvons de pâtisserie…La vie des affaires est bien plus savoureuse, une fois sortie des salles de marchés !

Un gâteau c’est bon ! C’est le quotidien sublimé, la nourriture des jours de fêtes ; on en rêve plus qu’on en mange, mais on déguste et apprécie assurément la part dans son assiette. C’est notre façon de voir l’entrepreneuriat et l’investissement.

Comme un gâteau, l’entreprise est un subtil mélange de passion, de technique et de savoir-faire.

Comme pour un gâteau, chacun a ses envies et ses objectifs : le meilleur, le plus gros, le plus beau, le plus original, le « tendance », le « valeur sûre », ou le « spécialité locale »

Comme pour un gâteau, l’offre est variée : le  «fait maison » ou provenant de la meilleure pâtisserie du quartier, celui que nos jeunes enfants ont préparé en cachette – peut-être mal cuit ou trop sucré – mais le meilleur assurément pour nous, les  parents, ou encore l’industriel, le  standardisé …

Comme pour un gâteau, la proposition est stratégique : va t-on opter pour plus de gâteaux que d’invités pour favoriser le choix, au risque de laisser de côté une part pourtant belle ? Ou un gâteau par invité pour susciter la concurrence et forcer un choix rapide ? Ou plusieurs gâteaux, eux-mêmes découpés en d’innombrables parts pour que chacun puisse avoir un peu de tout, mais sans avoir un tout consistant ? A moins que l’on adopte la solution galette coupée en parts strictement égales mais dans ce cas, une seule chance d’avoir la fève ?

Comme pour un gâteau, l’équilibre est nécessaire pour susciter l’envie. Achèteriez-vous une religieuse sans le petit choux posé sur le dessus ? Imaginez-vous une entreprise dont l’actionnaire minoritaire n’est pas aligné ? Trop de divisions bouleversent la structure et nuisent à l’homogénéité et l’esthétique.

Comme pour un gâteau, c’est au moment du partage que les caractères se révèlent et que les questions se posent :

  • Gâteau à partager ou individuel ? >>  Créer ou reprendre seul ? s’associer ? ouvrir son capital à des investisseurs ?
  • Gros ou petit gâteau ? >> Viser la rentabilité ou la croissance ? Long ou court terme ? Plus-value ou revenus ?
  • Parts équitables ou différentes ? >> égalitaire, majoritaire, minoritaire ? droits de votes ou droits financiers ?
  • Conseils de dégustations et accord avec les vins ? >> quels associés, quel pacte ?

Comme pour la pâtisserie, l’offre et la demande se rencontrent dans un lieu précis et une circonstance particulière ; alors qu’à la bourse on vous propose des gâteaux à acheter et à vendre mais pas à déguster.

Bienvenue dans le monde de la PME et du non-côté !  Nous serons toujours là pour vous accompagner dans vos ouvertures (et rétractations) de capital, dans vos relations avec vos associés et investisseurs, dans vos cessions et acquisitions. Et vive les bons gâteaux !

* Voir la video

Contactez-nous

Adresses
10 av. de Messine 75008 Paris
29 bis rue Auguste Barbier 77300 Fontainebleau
Téléphone
+33 1 88 32 78 95


[recaptcha]

fr_FR
en_GB fr_FR